Le Sound design fait partie des métiers méconnus du jeu vidéo. À côté de la composition de jeu vidéo, le sound designer s’occupe des sons et des voix du jeu vidéo. Aurore Pupil est sound designer en freelance et nous parle de son métier.

Le son et la musique sont deux domaines qui passionnent Aurore. Elle a fait des études en ingénierie du son à l’ISTS et a naturellement souhaité coupler ce domaine avec celui du jeu vidéo. Son premier stage était d’ailleurs à La Marque Rose pendant 3 mois, une entreprise spécialisée dans le doublage des voix pour les jeux vidéo. « J’étais vraiment débutante et j’y suis restée trois mois. Je m’occupais surtout de nettoyer les voix enregistrées pour le jeu Star Wars The Old Republic ». Nettoyer les voix, c’est les libérer de tous les bruits parasites et normaliser le niveau sonore. « Il y avait aussi plus de 800 fichiers à renommer, alors il fallait trouver l’astuce pour ne pas y passer des heures ! »

L’année suivante, son stage se rapproche encore plus du jeu vidéo : Ubisoft, en travaillant sur le jeu Just Dance 3, pendant 6 mois. « J’étais dans une équipe entière de sound designers avec un lead. Je me suis occupée d’intégrer toutes les paroles des chansons et musiques du jeu. J’ai aussi structuré les différentes parties des chansons pour que le chorégraphe puisse se caler dessus » Mais elle est également chargée de tâches au cœur du sound design : « J’ai créé des bruitages pour les débuts et fins de maps de chaque musique, qui correspondent à l’ambiance de la musique. » Ces sons servent à entrer progressivement dans la chanson et, à l’inverse, à en sortir pour la fin. Elle utilise des logiciels tels que Pro Tools, Sound Forge et Adobe Audition. Après ces stages, elle a terminé ses études et a commencé à travailler en tant que freelance.


Aurore a travaillé sur le trailer de BGE 2.

« Je me suis construite un portfolio toute seule, puisque la formation jeux vidéo n’existait pas. »

Aurore est désormais dans le domaine depuis sept ans. Mais au moment de ses études, sa formation n’était pas spécifique au jeu vidéo : « Je me suis construite un portfolio toute seule, puisque la formation jeux vidéo n’existait pas. » Elle se décide à se spécialiser en deuxième année, après avoir lu un article sur les Lapins Crétins d’Ubisoft. « Je me suis dit que j’adorais les jeux vidéo depuis 5 ans et que j’étais dans la musique depuis 5 ans ; pourquoi pas faire un mix des deux ? » Depuis, elle ne regrette pas ce choix, même si le fait de vivre des missions est difficile : à côté, elle travaille en tant que professeur particulier de piano et solfège.

Son quotidien est donc partagé entre les leçons de musique et le sound design. « On me le demande souvent : je ne compose pas de musiques de jeux vidéo. Le sound design, c’est la création de sons, donc les bruits de pas, de feuilles, les choses comme ça, et parfois des voix. » Pour ce qui est des films d’animation, les missions consistent à partir d’une vidéo pour faire tout leur habillage son. Pour le jeu vidéo en revanche, elle doit rarement créer les sons d’un jeu entier. « Pour le jeu vidéo, ça peut être des petits bruitages comme des bruits de pas ou de respiration… jusqu’à des sons de science-fiction. » Son dernier projet concerne un jeu de cartes connecté, Malkyrs : Les arènes de l’éternité : « Mon travail consiste à créer une ambiance pour chaque arène du jeu : désert, jungle, forêt… et pour chaque carte, car chacune d’elle est magique et a un effet différent comme une boule de jeu, des éclairs ou du soin. Je dois m’amuser à faire tout ça. »

« Le monde du sound design est restreint et fermé donc il faut arriver à se démarquer. »

Même si le sound design consiste à travailler les sons et les voix plus que la musique, « le fait d’être musicienne aide beaucoup. » Selon Aurore, cela permet de travailler beaucoup plus vite, en pouvant visualiser directement les sons nécessaires pour la création. « Pour ce qui est de l’animation, il faut vraiment regarder les derniers films qui sortent et treêtre curieux. Le fait de bien connaître les dessins animés m’a permise de faire une vidéo de 38 secondes en trois heures, car je savais exactement quoi faire. »

« Même si composer n’est pas mon métier, le fait de garder la pratique d’un instrument aide beaucoup pour garder une oreille. Personnellement, ça m’aide aussi à me détendre. » Cela dit, les sound designers sont de plus en plus poussés à effectuer des tâches variées au fil des années. « Je n’ai pas appris l’intégration audio spécifique aux jeux vidéo dans ma formation, comme sur Unreal ou Unity, mais on nous le demande beaucoup. On doit toujours être à jour dans nos métiers, car ça évolue très vite ! »

Pour ce qui est des formations, Aurore conseille vivement une formation spécialisée dans le jeu vidéo, notamment l’ENJMIN. Pour terminer, elle insiste sur le fait de se démarquer pour se faire une place dans el sound design. « Le monde du sound design est restreint et fermé donc il faut arriver à se démarquer ; s’entraîner et travailelr sur des projets même non-rémunérés. » C’est comme cela qu’elle-même a commencé, sur des projets étudiants dans des écoles de jeu vidéo comme ISART Digital. « J’ai pu mettre quelques projets sur mon blog et les c’est là que les professionnels ont commencé à s’intéresser à moi et que ça s’est débloqué ! »

Merci à Aurore Pupil de nous avoir accordés du temps ! Vous pouvez retrouver son portfolio à cette adresse, ainsi que son Twitter ici