Le 20 mars dernier, Mickaëlle Ruckert (VFX Artist chez Arkane Studios) intervenait à une conférence intitulée « The Elementary Particules » à la GDC 2018 (Game Developers Conference). Quelques semaines après son intervention, Mickaëlle revient sur cette première expérience de conférence devant ses pairs, pour Women in Games France.

 

WIG France : Peux-tu nous présenter ton parcours en quelques mots ?

Mickaëlle Ruckert : Je suis senior VFX artist à Arkane Studios (Lyon). Pour les non-initiés, VFX signifie “effets visuels”.  Il n’y a pas vraiment de cursus classiques en VFX et peu d’écoles enseignent cette spécialité.  J’ai obtenu, pour ma part, un bac en arts appliqués. J’ai poursuivi jusqu’au master, en communication-design, obtenu à Londres. J’ai commencé ma carrière chez Ninja Theory et j’y ai appris, un peu sur le tas, les techniques spécifiques au jeu-vidéo. Pour le reste, beaucoup de notions de design se rejoignent : la couleur, le rythme, la composition, l’analyse des besoins… après cette première expérience chez Ninja Theory, j’ai rejoint Arkane et j’ai notamment travaillé sur Dishonored 2 et Death of the Outsider.

Comment t’es-tu décidée à venir présenter ton travail à la GDC ?

Je fais partie d’un forum qui regroupe la communauté VFX du jeu-vidéo ; en juillet dernier, l’organisateur d’une journée dédiée aux VFX à la GDC nous a demandé les thèmes que nous souhaiterions voir aborder pendant la prochaine session. Après un mois d’hésitation, j’ai fini par le contacter en lui proposant un thème que je songeais moi-même à développer et il a accepté !

Comment as-tu préparé cette intervention ?

Une présentation longue et en anglais pour le plus gros rassemblement de développeurs, c’est effectivement un enjeu. Et surtout pour moi puisque c’était la première fois que je présentais mon travail. Je n’avais jamais utilisé powerpoint, jamais pris la parole en public ni eu l’occasion de créer du contenu à cet effet. J’ai donc travaillé très dur pour m’y préparer, pendant de longs mois. Heureusement, j’ai eu beaucoup de soutien de la part d’Arkane : j’ai pu travailler les éléments de mon contenu pendant mes heures de travail, et mes collègues ont été très disponibles pour voir et revoir ma présentation (eux aussi ont souffert !). Grâce à tous les commentaires reçus, j’ai pu améliorer progressivement ma présentation.

Comment s’est déroulée ton intervention ?

Cela s’est très bien passé ! J’ai reçu de nombreux retours positifs des personnes qui y ont assisté. Je suis contente d’avoir pu ajouter ma pierre à l’édifice car le partage de connaissances est essentiel dans le jeu-vidéo. En plus c’est un vrai accomplissement personnel, je partais de très loin mais j’ai énormément appris durant le processus, personnellement et professionnellement. C’est donc une très grande satisfaction. J’ai dû y prendre goût car j’interviendrai à nouveau lors du Game Camp de Lille, au mois de juin. Entre temps, je vais participer à formation WIG et j’espère que cela va me permettre de m’affranchir encore un peu plus du support. La spontanéité, ça se travaille !

Que retiens-tu de cette expérience et quels conseils aimerais-tu partager ?

J’ai préparé cette intervention en tant qu’experte, passionnée par mon domaine. Je n’y suis pas allée en tant que femme dans une industrie dominée par les hommes. D’ailleurs, je n’ai ressenti aucun clivage sur place. Nous partageons tous la même passion pour notre métier et cela nous rassemble. Néanmoins, il faut se rendre à l’évidence, nous ne sommes pas suffisamment nombreuses dans les studios et nous avons probablement une responsabilité particulière à investir le terrain des conférences d’experts du jeu-vidéo. Il faut ouvrir la voie aux jeunes femmes et leur prouver que l’on peut trouver sa place et s’épanouir professionnellement dans le jeu vidéo.  C’est la raison pour laquelle j’ai accepté de partager ce témoignage, pour encourager d’autres femmes à venir présenter leur travail.